Amour Magie & rituels

Amour Magie & rituels

La magie aide à retrouver l'amour et l'affection de votre partenaire via des rituels magiques efficaces pour un résultat optimum et rapide.

Publié le par amour-magie-noire

Lors des travaux de magie, quels qu'ils soient en magie rouge ou blanche, on me demande presque systématiquement si l'effet sera durable et même si celui-ci pourra persister "toute la vie". Cette question récurrente est finalement très légitime et compréhensible mais il existe plusieurs types de réponses car selon les demandes les magies et les rituels associés sont effectivement souvent extrêmement différents, avec des finalités qui le sont tout autant et des chemins pour y arriver assez hétéroclites aussi. Donc, vous l'aurez compris, c'est en analysant quelques cas spécifiques et représentatifs que j'orienterai mes réponses que nous allons voir maintenant. Je note pour ceux qui ne le sauraient pas encore que la magie noire ne fait pas partie de mes prérogatives principales en qualité de praticienne et que par conséquent les cas y faisant appel ne seront pas explicités ici, j'ajouterais enfin uniquement sur ce point que la magie noire étant extrêmement destructrice et chaotique, elle est évidemment perçue comme persistante au niveau de ses dégâts, et donc d'une certaine façon "fonctionne toute la vie" (les dommages état souvent irréparables).

Afin de mieux comprendre les effets des autres magies, il est logique de les séparer selon leurs orientations et buts, ce qui semble raisonnable afin de ne pas tout mélanger et "mettre dans le même sac". Pour commencer, le mieux est de s'engager d'abord sur la magie qui a été la plus pratiquée depuis les débuts de l'humanité: une magie curative et bénéfique, la magie blanche. J'ai déjà parlé longuement de la magie blanche dans un grand nombre de mes articles précédents (la liste étant sur la colonne de droite de ce blog), et je vais donc rapidement donner quelques informations de base sur cette magie de soin, d'énergie, de protection et de divulgation. La magie blanche apporte au demandeur ou à la personne visée une clarification de sa situation personnelle, tant au niveau de son énergie vitale que des problématiques en suspend qui doivent être résolues, des potentiels dangers issus de la sorcellerie qui se dévoilent alors, ou bien des protections qui se mettent en place après divulgation d'un de ces dangers (d'envoûtement par exemple). La magie blanche est donc la magie bénéfique et protectrice par excellence.

Selon les cas et les demandes, les travaux de magie blanche n'interagissent pas tous au même niveau. Comme nous le voyons, si le problème est de détecter une source néfaste via un rituel de dévoilement alors c'est à ce moment que l'on aura une réponse mais ce dévoilement ne sera pas constant durant toute la vie et il faudra le réitérer si un autre danger se présentait. Il en va de même pour les protections, celles-ci sont spécifiques au mal rencontré et par conséquent sont adaptées à celui-ci, il est alors évident qu'un type de protection ne sera pas efficace pour un autre type d'agression magique (ou de problématique négative), ceci encore moins durant toute la vie aussi. La magie blanche détecte aussi les pertes d'énergie (issues de multiples raisons) et vient à palier au déficit ponctuel de cette énergie au moment du rituel, ici aussi il faudra effectuer un nouveau rituel ultérieur pour jauger le taux d'énergie et y remédier si nécessaire, l'action ré-énergisante ne dure pas non plus toute la vie en un seul rituel, ce serait d'ailleurs dangereux si cela était possible car un dosage précis est requis.

Comme pour la plupart des rituels, c'est en détectant sur le moment présent la teneur d'un problème que l'on peut juger de son importance pour y apporter une solution proportionnelle et équilibrée. Sachant qu'à chaque étape de notre vie nous évoluons, nos problèmes aussi, nos relations aussi et nos aspirations à vivre en empruntant tel chemin plutôt qu'un autre aussi. De facto, un rituel actif qui serait "fixe, durable et inaltérable" poserait sur ce point certainement plus de dégâts que de bien… C'est le problème des rituels non dosés et trop puissants, comme pour la magie noire qui dépasse toutes les bornes admises et écartent sans distinction toutes les lois universelles d'harmonie, elle crée ici au contraire un déséquilibre durable et négatif qui se ressent parfois des années après, voire toute la vie (en cas d'handicap physique ou mental lié à un sortilège de magie noire dévastateur, et des fois mortel…).

Reste enfin la magie rouge, c'est la magie de l'amour, des sentiments et de la sexualité. Cette magie agit principalement sur des affects bien souvent volubiles, variables et changeants, il est rare de voir une personne ne jamais changer d'avis sur sa vie amoureuse ou dans l'expression de ses sentiments, ce serait une erreur que d'infliger "à vie" un sort issu d'un rituel de magie rouge pour forcer (ici donc un envoûtement) une autre personne à l'aimer ad vitam, ce serait même un jour ou l'autre un poids impossible à détacher et qui pèserait lourdement, il faudrait alors avec une grande perte d'énergie positive défaire ce qui avait été créé. Heureusement, les rituels et en général les travaux de magie rouge disposent d'une durée raisonnable d'activité mais leurs effets se dispersent progressivement au fil du temps, il faut savoir que ce ne sont que des attelles nécessaires dans certaines situations le demandent pour palier à un manque, pour réparer ou harmoniser, c'est ensuite aussi dans un contexte extrêmement précis, en lieux et temps, qu'agissent ces travaux pour rééquilibrer et positiver une situation.

Bien entendu, une fois qu'un rituel a par exemple réussi à réunir deux personnes pour un amour commun, cette fusion est réellement effective et "il faut faire avec", mais reste à savoir si encore une fois le contexte ultérieur ne changera pas, si les personnes n'auront pas finalement de désaccord ou tout simplement si ce lien qu'avait forgé avec réussite ce rituel ne devrait pas être rompu naturellement un jour dans un futur plus ou moins lointain. On ne peut pas figer ad vitam une situation avec un rituel de magie rouge, on peut par contre réitérer ce rituel en fonction d'une situation précise et dans un contexte bien défini, on peut bien évidemment changer l'orientation d'un futur (par exemple amoureux) sans pour autant en figer le cap pour toujours, ce serait aller contre toutes les lois universelles, enfreindre le libre arbitre et la liberté de manière durable et donc transformer une magie rouge en une magie noire inflexible qui rend captif et donc qui devient négative.

Je pense que chacun comprendra qu'un seul rituel ne suffit pas à ordonner toute une vie de A à Z en une seule fois, il faut au contraire savoir analyser les paramètres constamment changeants que la vie nous impose pour avoir cette sagesse de ne pas vouloir s'imposer des limites impossibles à dépasser ou à modifier. Mais bien heureusement les travaux de magie apportent cette fantastique possibilité de mieux aborder les tournants existentiels qui viennent à nous pour en extraire les meilleures pistes et réussir nos vœux ou nos espoirs de vivre nos rêves, nos amours et nos aspirations. Comme d'habitude je reste à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous aider si besoin dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de praticienne. Vous pouvez me joindre par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) pour en discuter de vive voix ou bien m'écrire si vous préférez en passant par mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, peut-être pour un premier travail de magie (blanche ou rouge) adapté spécifiquement à votre problématique!

France-Emmanuelle

Voir les commentaires

Publié le par amour-magie-noire

Les amours défuntes sont peut-être pires lorsque le deuil n'a pas été entièrement consenti, c'est le constat que je fais chaque jour lorsque l'on me dit: "il (ou elle) est sous l'emprise de son ex, que dois-je faire?!" C'est alors qu'il faut se poser les bonnes questions pour comprendre la situation et tenter d'y remédier avec l'exacte dose de psychologie assortie parfois d'un peu de magie, car à ce stade l'irrationnel déploie toute sa logique dans ces cas précis où l'orthodoxie amoureuse n'a plus de sens, où l'être aimé est suivi d'un fantôme, de celui de l'ex qui ne veut pas se résoudre à disparaître. Mais peut-on réellement parler d'emprise lorsque l'amour semble ainsi partagé entre deux personnes, l'une présente et l'autre déjà au loin mais pourtant encore si proche qu'elle s'accroche à l'esprit et parfois au corps? Ce phénomène de persistance amoureuse est-il si fréquent, qu'en penser et surtout comment l'aborder? C'est à ces questions et sans doute à d'autres que je vais essayer de répondre, sachant que chaque histoire est unique mais que les schémas qui vont être explicités sont presque tous identiques.

En général, la mémoire d'une personne aimée reste effectivement ancrée à tout jamais en nous, même après une rupture et tout au long de la vie nous nous souvenons des étapes de nos relations amoureuses et cela reste une activité saine puisque personne ne pourrait se rendre volontairement amnésique de sa propre vie et de ses amours passées qui sont aussi, d'une certaine façon, ce que nous sommes devenus au présent car à chaque relation nous abordons l'amour sous des angles différents qui nous renforcent ou qui nous réorientent. Il est assez rare de rencontrer une personne ne plus se souvenir des amours qui ont compté, il y a toujours cette synesthésie du moment où les sens prennent le relais de la mémoire pour activer des images, des paroles et tant d'autres choses complexes que le cerveau a enregistrées consciemment ou inconsciemment. Sur ce constat nous somme tous égaux, par contre effectivement c'est sur le ressenti de ces affects passés que nous sommes tous différents, certains y seront plus sensibles que d'autres ou bien seront astreints à une pensée plus sélective, voire élective.

C'est surtout la persistance non désirée et récurrente d'un souvenir, lequel peut se transformer en véritable parasite de l'esprit, qui doit alors alerter sur une problématique pouvant perturber la vie courante, notamment si ce phénomène est lié à une relation amoureuse précédente (ou plus ancienne encore). Il est évident que de savoir son conjoint sans cesse hanté par son "ex" peut perturber un tant soit peu la vie de couple et entraver la relation dans ce qu'elle a de plus intime si l'on sait qu'il y a comme une sorte de ménage à trois avec une ombre du passé… Mais finalement ne sommes nous pas tous plus ou moins influencés dans nos choix et nos raisonnements par nos relations successives? Certainement, mais pas au point d'en être régulièrement affecté ou plus symptomatiquement handicapé comme un poids à devoir porter constamment. Il y a donc une limite acceptable à ces persistances, à ces souvenirs amoureux qui ont eu leur raison d'être mais qui ne doivent pas se mêler du moment présent et interférer jusqu'à un certain stade dans les affaires courantes au risque d'en dénaturer le ressenti.

Doit-on parler d'une sorte de schizophrénie lorsque ces moments, passés et présents, fusionnent presque instinctivement alors qu'ils devraient chacun avoir la place qui est la leur? Il y a certainement une souffrance à voir ressurgir sans cesse des souvenirs associés à des affects ainsi qu'à une personne qui fut aimée et que l'on n'arrive pas à "sortir de sa tête" (expression courante que l'on me rapporte souvent). Dans ces moments "d'invasion mentale" l'on peut effectivement parler d'une sorte d'emprise, de celle qui "prend la tête" et ressert son étau sans prévenir alors que ces instants ne lui appartiennent pas. C'est aussi une épreuve difficile pour les deux partenaires que de sentir l'ombre d'une autre personne peser sur le couple et en modifier la légitimité en s'imposant de la sorte. Lorsque cette sensation d'intrusion surgit dans le couple, il faut alors assez vite consulter pour éloigner ces pensées parasites ou du moins les rendre moins pertinentes afin qu'elles ne s'installent plus en invités indésirables et surtout ne puissent plus se mettre en scène avec un premier rôle illégitime.

"Exorciser" ces pensées venues du passé. Le terme peut sembler fort et pourtant il est correct de l'utiliser quand un souvenir prend soudain vie, tel l'égrégore en ésotérisme, et s'évertue à jouer les parasites en s'accrochant au mental pour perturber un contexte amoureux. Personnellement, tout comme le psychanalyste (et initié) C.G. Jung, je ne conçois pas de réalités conscientes et inconscientes séparées, elles sont un tout et forment une seule réalité qu'il faut certes parfois prendre sous deux angles différents pour en saisir les multiples facettes, certaines visibles et profanes, d'autres plus souterraines et difficiles à cerner pour nos sens communs sans user de la symbolique ésotérique alors très à propos. C'est seulement avec cette double vision des choses que la plupart du temps l'on peut résoudre des problématiques non conventionnelles, et en particulier celles qui touchent au domaine de l'amour et des relations avec autrui, dont notre emblématique "emprise".

Il existe de nombreuses méthodes pour contrer ce qui peut s'apparenter à une emprise, personne n'y verrait d'ailleurs dans le cas qui nous intéresse une quelconque intervention directe de cet "ex" qui n'agit plus sur le conjoint, pourtant encore une fois je souligne que tout est lié et que ce qui semble être une évidence n'en est peut-être pas une… Dans tous les cas de subtils liens persistent et c'est avec d'autant plus de subtilité qu'il faut agir en conséquence en prenant aussi ce qui n'est pas directement visible comme une cause agissante en soi. Mais ici nous abordons un tout autre domaine à la frontière entre la psychologie et la parapsychologie, de ces champs d'investigations que les spécialistes conventionnels n'osent pas aborder tout en sachant qu'il existe d'autres voies à emprunter pour rétablir une harmonie et pour régler des problèmes complexes.

C'est dans ce cadre que je travaille afin de pouvoir aider les personnes qui en font la demande, notamment et plus précisément dans le domaine des relations amoureuses qui ne se règlent pas avec un médicament ou sur ordonnance… Mettre en pratique mon savoir-faire au service des relations de couples est mon credo et je vous propose de me joindre si vous avez une problématique à me soumettre. Vous pouvez me contacter par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien par écrit depuis ma page de formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez éloigner l'emprise de ces pensées qui ne font plus partie de votre présent, je vous y aiderai!

France-Emmanuelle

Voir les commentaires

Publié le par amour-magie-noire

En amour, la peur de l'engagement représente peut-être le principal obstacle qui s'oppose à une union durable et il existe des raisons paradoxales et parfois même opposées qui en sont la cause. Mais une seule chose est certaine, c'est que cette peur est ancrée en chacun de nous à un moment ou à un autre, que ce soit de doute ou de faiblesse mais que nous ne sommes pas tous égaux pour en rejeter les effets après coup, serait-ce une force intérieure qui joue comme une protection ou au contraire une pure erreur de jugement, c'est sur ces points qu'il faut effectivement s'interroger car la plupart du temps ce recul face à l'union est factice ou superficiel en ce qui concerne la personne visée mais bien réel dans les faits et ressenti à la fois comme une sorte de délivrance et d'échec, ou l'un et l'autre selon le côté où l'on se place. Dans tous les cas s'engager en amour est vécu par la personne qui doute ou qui a peur comme une tragédie personnelle, comme une scène qui se rejoue à chaque rencontre qui pourrait être heureuse, mais qui échoue par une sorte de fatalité induite qui arrive au moment crucial pour bloquer un processus amoureux qui devrait se dérouler normalement.

Il existe bien évidemment des causes qui génèrent la peur de l'engagement, elles sont encore une fois véritablement multiples et parfois cumulatives pour aboutir à imposer mentalement cet état d'incertitude profonde et de malaise. Tout d'abord il est clair qu'une personne ayant déjà vécu une rupture sera plus apte à réfléchir à deux fois avant de s'engager de nouveau, elle prendra chaque nouvelle rencontre comme un probable recommencement de ce qui a déjà été avec la finalité qui l'a marquée, un peu comme ce réflexe Pavlovien qui consiste à anticiper une action qui se répète, ici la rencontre est assimilée d'emblée à une future rupture et par conséquent cette logique impose de ne pas aller plus loin et d'en finir au plus vite. La peur de souffrir de nouveau, de se voir entrer dans une trahison amoureuse planifiée ou de vivre une infidélité potentielle, développe et conforte ce sentiment qu'il faut stopper avant d'y arriver de manière effective. Cette "anticipation" est à ce stade souvent une fiction, une création presque logique du cerveau à compléter naturellement une histoire dont il a souvenir, même si cette histoire est différente par bien des aspects elle ne peut que se terminer selon un schéma connu et reconnu, celui de l'échec.

La rupture, via cette peur d'aimer et de souffrir (ou de faire souffrir) est donc conditionnée par un état d'esprit faussé par l'histoire personnelle qui peut tout aussi bien avoir comme base de décision de ne pas continuer une relation, pourtant viable, ceci pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la personne concernée. L'exemple le plus courant est aussi la perte de confiance "en soi", ce qui s'assimile dans la finalité au même effet que la perte de confiance en autrui dans les résultats, c'est-à-dire à créer ce schisme, ce doute et cette cassure qui va briser la relation amoureuse. Car la peur de l'engagement dit bien son nom, c'est une responsabilité personnelle au premier degré, celle de ne pas vouloir aller plus loin sur le chemin, ne pas s'y engager, y voir au loin l'impasse d'une relation, ou bien au bout de la route un précipice, aucun pont pour le traverser et ne pas attendre de le construire. C'est sur ce point qu'il y a renoncement, celui de ne pas vouloir tenter une construction avec autrui, ne pas se sentir assez fort pour édifier ce passage définitif vers l'autre, créer cette passerelle amoureuse, cette union constructive qui dépasse et surmonte les épreuves.

D'un point de vue psychologique cette attitude est parfaitement compréhensible, ce qui l'est moins c'est de se trahir soi-même en ne pensant qu'aux maux et aux finalités, il y a un refus du "vivre le moment présent" en le pervertissant de futurs potentiellement négatifs pour ne pas dire nihilistes via une certitude entretenue de l'absence puis de l'abandon programmés d'avance. Pour ne pas souffrir de cette absence d'amour alors qu'il est pourtant présent, il est préférable de s'en passer avant qu'il ne devienne encore plus fort, c'est ici le paradoxe implacable de ce raisonnement qui tient un peu du sadomasochisme, demander ou appeler le mal pour le stopper et se sentir mieux, ici le raisonnement inverse: ne pas s'engager plus loin dans ce bien-être amoureux pour ne pas avoir à en souffrir encore plus s'il venait à disparaître ultérieurement… Il est évident que pour contrer ce raisonnement il faut se "disrupter", c'est-à-dire savoir se remettre en question pour sortir de ce cercle vicieux où toute approche de l'amour entraînerait son éloignement programmé.

La peur de l'engagement n'est autre qu'une protection de soi et accessoirement de la personne aimée que l'on désire aussi protéger, c'est alors une projection de ses propres peurs qui s'étend et la seule façon de ne pas la voir s'amplifier encore et encore dans une union reste la rupture de celle-ci. Afin de casser ce raisonnement qui admet la finitude de la relation alors que celle-ci est en cours, il faut désacraliser la relation afin de ne pas en faire une finalité en soi mais un évènement naturel en soi, qui existe au présent et qui doit avant tout se vivre dans ce présent comme une réalité et non comme une projection. Car le cercle vicieux cité n'est que cette déviation de temporalité où l'esprit fusionne une réalité et une fiction afin de n'en garder que la seconde pour ne vivre que dans une projection faussée de la réalité présente. La vraie peur c'est l'anticipation d'une potentielle souffrance future qui s'installe alors de facto dans le présent et le perturbe fondamentalement…

"Se voir" trahi(e), déçu(e), en état de souffrance, d'échec ou de doute insupportable est en effet une bonne raison de ne pas vouloir s'engager sur ce chemin assez sombre, mais ce n'est pas la réalité, c'est une fiction, une projection qui crée un blocage et une inertie, ne voulant pas partager cette "funeste potentialité" à deux c'est le mauvais choix, celui de la rupture, qui est choisi pour l'éviter… et c'est bien complètement l'inverse qui devrait être effectué: partager ses craintes, ses doutes et ses peurs afin de les exorciser, de les mettre à jour et de ne plus les garder tapies dans l'ombre de son esprit. C'est en exposant ses peurs qu'elles en viennent à disparaître, c'est en partageant ses doutes qu'ils en viennent à être levés, c'est en se confiant que la confiance revient d'elle-même, c'est de cette façon que l'on casse ce cercle vicieux et que l'on s'engage véritablement d'abord dans l'intentionnalité pour en rompre l'inertie, puis dans les faits en acceptant le présent à vivre pleinement.

En qualité de praticienne j'utilise plusieurs méthodes conjuguées afin de résoudre les problématiques amoureuses dont celle qui vient d'être évoquée et qui s'apparente à un véritable dilemme lorsque l'on y est confronté, c'est-à-dire entre doute et fausses certitudes, entre volonté d'union et désengagement forcé ou provoqué. Je réponds donc à toutes vos questions et à vos attentes concernant ce domaine si vous désirez une aide ciblée et efficace. Pour ce faire n'hésitez pas à me téléphoner au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien à m'écrire plus en détail si cela vous permet d'expliquer plus facilement votre problème avec des mots, merci dans ce cas de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir ma page de formulaire de contact. Je vous dis à très bientôt et ne doutez plus de vous, l'amour finit toujours par vous engager sur sa voie!

France-Emmanuelle

Voir les commentaires

Publié le par amour-magie-noire

Je parle souvent d'envoûtement dans des situations particulières (envoûtement amoureux, envoûtement sexuel, envoûtement de lieu, etc.…) mais la source de ce type de rituel reste difficile à concevoir lorsque l'on ne connaît pas la magie, et c'est effectivement un point complexe à faire comprendre à toute personne totalement profane en la matière. Or, il est nécessaire de saisir le sens de ce que représente un rituel lorsque l'on veut effectuer des travaux de magie avec un praticien (il n'est en effet pas du tout recommandé d'agir seul), ceci pour en "prendre la charge" pleinement. Car, et je le répète à chaque article sur ce thème, une personne demandeuse d'un rituel pour "régler" une problématique se doit elle-même de s'investir mentalement dans ce rituel, c'est ce que l'on appelle la charge, c'est-à-dire la volonté ferme, assidue et durable de le "porter" (d'où la charge, le poids spirituel qu'il représente). C'est d'ailleurs aussi, selon moi, la toute première chose à dire et à faire: celle d'informer que l'action magique passe avant tout par cette acceptation, cette volonté positive et légitime que le rituel apportera une solution favorable au dénouement de la situation.

Il n'est effectivement pas possible de finaliser un rituel de manière acceptable (dans le sens où la situation se règle) si la personne demandeuse ne croit pas en ce qu'elle désire réellement ou ne cherche pas volontairement à porter le rituel. Je rappelle que le praticien n'est que l'exécutant suivant un savoir-faire acquis mais qu'il ne peut pas se substituer in extenso à la volonté du demandeur qui en est le véritable moteur, ou si l'on voulait jour sur les mots: en est l'essence même pour le faire avancer. Une autre métaphore simple à comprendre et intéressante serait celle de l'architecte qui construit un moulin, il en a le savoir-faire mais il n'est pas le vent qui fera tourner les pales de ce moulin une fois terminé. Il y a donc une synergie pour transformer une volonté initiale en une énergie symbolique et créatrice via le rituel qui engagera une action magique pour contrer un obstacle ou un problème, voire des fois pour en provoquer un…

Car n'oublions pas que l'envoûtement dispose de deux polarités, l'une généralement "bonne" pour le demandeur qui fait générer cette énergie par le praticien via le rituel pour déplacer le contexte dans le sens voulu, l'autre polarité cherchera à contrer cette énergie qui s'impose au contexte en place et donc à aller dans le sens inverse. En d'autres mots, les divers protagonistes verront de manières parfois totalement opposées l'action issue de l'envoûtement, par exemple si une femme cherche à utiliser un rituel de type envoûtement amoureux pour récupérer son mari, un rituel de retour d'affection puissant, alors il est certain que le rituel devra s'imposer à la volonté du mari et d'une certaine façon contrer sa volonté pour qu'il revienne, c'est bien ici deux polarités, deux actions et deux volontés qui s'affrontent, sous le couvert de la magie en déplaçant le contexte pour qu'il soit favorable. Le rituel n'est qu'un marqueur de cette volonté, il pointe une direction à suivre, il est un vecteur d'énergie et de volonté pour générer une action dans un sens précis.

Maintenant que ces quelques orientations ont été notifiées, la définition de l'envoûtement commence à mieux prendre toute sa signification en ayant une orientation, une cible, le tout dans un contexte, via des actions qui modifient ce contexte afin de changer une ou plusieurs situations, avec un demandeur, un praticien et au minimum un autre protagoniste (la cible principale). N'oublions pas que l'envoûtement se porte toujours sur une personne (ou sur un groupe de personnes), voire sur le demandeur lui-même si c'est un auto-envoûtement, c'est-à-dire si sa volonté est d'agir sur lui-même pour modifier un comportement (contrer la malchance, apporter une énergie positive, changer une orientation ou une mauvaise habitude, etc.…). Le rituel d'envoûtement se joue comme une pièce de théâtre avec tous ses acteurs, ses décors, ses répliques, son scénario, une première partie où l'on campe les personnages, un deuxième acte où l'action s'installe, et si tout va bien un acte final où la situation a bien été dans le sens que désirait l'acteur principal, le demandeur. Le praticien ne serait ici que le metteur en scène, avec des dons d'éclairagiste pour focaliser l'action en cours.

Le déroulement d'un rituel d'envoûtement sera donc un peu à l'image de cette pièce de théâtre avec cette particularité que le demandeur sera à la fois acteur et spectateur de sa vie avec un scénario dont il aura commencé à écrire les grandes lignes où sa volonté s'exercera. Mais avant d'entrer en action il faut toujours définir ses plans selon les aléas en présence et planter le décor, c'est une phase essentielle que celle de la prise d'informations et de cette passation qui s'effectue entre le demandeur et le praticien, l'un exposant sa volonté, l'autre recevant l'ensemble des éléments constitutifs qui serviront à l'élaboration du rituel dans un contexte bien défini. Cette mise en forme permettra d'ajuster le rituel au plus près de la réalité objective du contexte afin d'agir au mieux sur celui-ci. Vient ensuite une phase d'expression de la volonté qui donnera une direction à suivre, un itinéraire où chaque étape pourra être réajustée, où chaque contour pourra être précisé. Ce n'est qu'avec cette transmission, d'informations puis de volonté d'agir que se "chargera le rituel", que celui-ci s'animera pour entrer en action et se rapprocher du but défini.

Il est difficile d'expliquer un concept aussi symbolique et pourtant ayant une réelle puissance que celui du rituel d'envoûtement car il y a forcément à accepter de facto que la volonté seule peut, selon certaines modalités ésotériques, suffire à modifier un contexte et à apporter des solutions en bougeant les lignes de la réalité. C'est toute la définition même de la magie que de transmuter une idée, un symbole ou une parole en une action, en une modification du code intime de la réalité. Mais n'est-elle pas elle-même déjà un concept difficile à comprendre, cette réalité, qui n'est pas forcément la même selon l'observateur et le point de vue où l'on se place? La magie, et plus largement l'ésotérisme, nous explique que tout est imbriqué, et que le monde des idées, de la matière, du temps et de l'action qui en résulte sont tous une composante d'une réalité où l'observateur est le maître du jeu, sans lui rien n'existerait, avec lui tout est possible.

C'est d'ailleurs mon rôle que d'expliquer qu'en chaque personne il y a un architecte de la réalité et que celle-ci est peut-être beaucoup plus liée à chacune de nos décisions et volontés qu'on ne pourrait l'imaginer… Dans cet ordre d'idée je reste à votre disposition si vous-même avez une problématique à résoudre dans le cadre de mon activité professionnelle en élaborant le ou les rituels dont vous avez besoin. N'hésitez pas à me poser des questions ou à me soumettre votre situation afin que je puisse vous aider, joignez-moi par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien écrivez-moi via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt pour définir ensemble l'itinéraire le plus apte à satisfaire positivement votre volonté de changement!

France-Emmanuelle

Voir les commentaires

Contactez moi:

 

 

 

 

 

 

Tél.: 06.50.75.95.14

numéro non surtaxé

ou bien > cliquez ici

Articles récents

Hébergé par Overblog