Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 20:20

Lorsque l'on parle de "rituel de protection" la plupart des gens pensent de suite à des désenvoûtements ou même à des exorcismes mais bien heureusement il ne faut pas attendre de si terribles épreuves pour tout simplement vouloir renforcer son potentiel personnel et ainsi se protéger efficacement d'autres mésaventures bien moins graves mais parfois aux conséquences qui peuvent aboutir à des problèmes à ne pas laisser courir trop longtemps… C'est pourquoi le rituel de protection est aussi une précaution d'usage, une sorte garde-fou ou d'assurance lorsque le contexte le demande ou bien entendu lors de prises de décisions importantes qui ne doivent pas être entravées par des coups du sort, par la malchance ou par ce petit grain de sable qui empêche tout votre projet savamment pensé de finalement capoter bêtement! Le rituel de protection peut donc être grandement utile en prévision ou en renfort des capacités protectrices naturelles dont nous avons tous hérité mais qui peuvent parfois être défaillantes dans certaines circonstances fortuites ou provoquées (dans ce dernier cas il y a une véritable atteinte ciblée).

Je précise que nous avons tous effectivement nos propres défenses et ressources pour répondre de manière tout à fait normale aux "fluctuations" habituelles de la Chance qui parsèment notre existence, que ce soit ce que l'on appelle la guigne, laquelle peut tout de même s'agripper comme un parasite à une personne et perturber sa vie durant une période assez longue (ou ressentie comme telle), ou bien une malchance soudaine qui va forcer le destin à prendre un autre itinéraire non prévu et modifier ainsi une planification personnelle (ou karmique avec un but à accomplir), ou bien encore une perte d'énergie, celle-ci peut avoir une origine très diverse, une situation difficile à gérer que notre énergie vitale cherche à compenser mais s'épuise alors, dans ce cas il est possible d'avoir aussi une baisse de notre capacité défensive face à d'autres facteurs agressifs ponctuels qui viendraient s'ajouter. D'autres origines encore moins prévisibles peuvent intervenir, parfois des failles psychologiques vont avoir des répercutions plus profondes que prévu et aussi nous affaiblir de façon générale, physiquement, mentalement mais aussi au niveau de nos "points d'énergie" (nos sept chakras répartis sur tout notre corps). Par conséquent, à chaque problème vient une sorte de réponse immunitaire énergétique afin de contrer ce qui survient.

Mais les coups du sort les plus sensibles à gérer sont ceux liés au relationnel avec autrui, il est assez complexe de savoir à l'avance quel impact peut avoir une rupture amoureuse ou même seulement l'évocation d'une possibilité de rupture qui, en soit, peut aussi drainer beaucoup d'énergie et affaiblir les défenses basiques. Car ce qui est paradoxal, c'est que la plupart du temps nous devons tous gérer des risques qui n'arriveront jamais, mais cette anticipation d'évènements négatifs consomme une très grande énergie afin de planifier une protection à venir ou tenter de trouver un évitement, c'est-à-dire contourner le problème. En matière amoureuse par exemple, pour ceux qui sont en couple, nous passons la majeure partie de notre temps à anticiper les réactions du conjoint afin de ne provoquer aucun incident ou d'être positif et agréable (c'est la logique d'un couple qui cherche l'harmonie), tout ceci peut entamer assez largement nos ressources énergétiques si la relation est d'autant plus complexe ou si le contexte est difficile pour le couple. Dans des périodes de pic de tension ou d'incertitude, un couple peut vite perdre pied et s'épuiser à tenter de surnager dans des imbroglios parfois fictifs mais qu'il faut néanmoins prendre en compte…

Si j'insiste sur cette énergie vitale nécessaire à la bonne marche de notre parcours existentiel et des projets, c'est qu'elle est la pierre angulaire de toute activité, sans elle tout s'effondre, tourne de travers ou au ralenti avec une avalanche de problèmes qui viennent très vite se greffer pour encore aggraver les choses, c'est alors une entropie galopante qui peut avoir des répercutions en chaîne dramatique pouvant conduire à des décisions véritablement néfastes en terme d'existence personnelle ou évidemment conjugale. De même, comme je l'ai abordé rapidement, cette énergie n'est pas répartie d'un bloc dans notre corps, elle s'équilibre selon des règles complexes qui interagissent sur ces divers centres que l'on appelle les chakras, ainsi même une mauvaise répartition de cette énergie sans pour autant être en baisse peut entraîner des troubles dans le rapport à la réalité du contexte et ainsi créer des erreurs de jugement ou des décisions excessivement inadaptées. Les postures apathiques face aux évènements, anxieuses ou nerveuses peuvent découler directement de cette mauvaise répartition d'énergie sur ces centres énergétiques, sur ces chakras…

Afin de réguler ou de rééquilibrer cette énergie, il est parfois nécessaire d'effectuer un simple rituel de magie blanche pour vérifier ce problème, cette première analyse si elle se révèle exacte entraîne alors effectivement un rituel plus spécifiquement protecteur qui permettra de renforcer les ressources individuelles et ainsi d'empêcher les réactions en chaîne que j'ai relatées et qui sont les véritables risques à écarter. Bien entendu, et ceux qui me lisent le savent car j'en parle assez souvent dans mes articles, une toute première analyse du contexte et de la problématique en présence via un "rituel de dévoilement" (toujours en magie blanche) aboutit généralement à préciser si l'on doit ensuite effectuer d'autres rituels plus spécifiques et actifs. Par exemple, l'on ne peut pas non plus écarter la possibilité d'une action néfaste de type envoûtement pour nuire à la personne ou à son couple, si c'est le cas et dans cette perspective il est évident qu'un travail de protection plus radical, c'est-à-dire de défense sous la forme d'un rituel de désenvoûtement sera bien de mise (en magie rouge si la relation amoureuse est touchée).

Le "rituel de protection" n'est qu'un processus générique qui va préciser la cause exacte d'un déséquilibre (la plupart du temps visible sur le point énergétique) et renforcer les ressources de la personne pour y pallier, voire pour lui en apporter de supplémentaires comme le ferait une barrière protectrice ou un bouclier. À chaque problématique correspond bien évidemment encore une typologie propre au rituel de protection pour agir efficacement, et par conséquent tous les rituels de protections sont uniques en fonctions des personnes, des contextes et des causes. En qualité de praticienne c'est justement sur cet aspect extrêmement important de l'analyse au début des travaux que je conçois ma méthode afin de cibler au plus près chaque problématique pour trouver la solution la plus adaptée avec le bon rituel. Si vous même avez des questions ou besoin d'une aide afin de résoudre un problème personnel (ou de couple) alors n'hésitez pas à en discuter par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé)  ou bien si vous préférez par écrit en passant par mon formulaire de contact (dont la page s'ouvre en cliquant sur ma bannière web ci-dessous). Je vous dis à très bientôt pour rééquilibrer si besoin vos énergies et renforcer la protection de vos ressources personnelles!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 23:21

Lors des travaux de magie, quels qu'ils soient en magie rouge ou blanche, on me demande presque systématiquement si l'effet sera durable et même si celui-ci pourra persister "toute la vie". Cette question récurrente est finalement très légitime et compréhensible mais il existe plusieurs types de réponses car selon les demandes les magies et les rituels associés sont effectivement souvent extrêmement différents, avec des finalités qui le sont tout autant et des chemins pour y arriver assez hétéroclites aussi. Donc, vous l'aurez compris, c'est en analysant quelques cas spécifiques et représentatifs que j'orienterai mes réponses que nous allons voir maintenant. Je note pour ceux qui ne le sauraient pas encore que la magie noire ne fait pas partie de mes prérogatives principales en qualité de praticienne et que par conséquent les cas y faisant appel ne seront pas explicités ici, j'ajouterais enfin uniquement sur ce point que la magie noire étant extrêmement destructrice et chaotique, elle est évidemment perçue comme persistante au niveau de ses dégâts, et donc d'une certaine façon "fonctionne toute la vie" (les dommages état souvent irréparables).

Afin de mieux comprendre les effets des autres magies, il est logique de les séparer selon leurs orientations et buts, ce qui semble raisonnable afin de ne pas tout mélanger et "mettre dans le même sac". Pour commencer, le mieux est de s'engager d'abord sur la magie qui a été la plus pratiquée depuis les débuts de l'humanité: une magie curative et bénéfique, la magie blanche. J'ai déjà parlé longuement de la magie blanche dans un grand nombre de mes articles précédents (la liste étant sur la colonne de droite de ce blog), et je vais donc rapidement donner quelques informations de base sur cette magie de soin, d'énergie, de protection et de divulgation. La magie blanche apporte au demandeur ou à la personne visée une clarification de sa situation personnelle, tant au niveau de son énergie vitale que des problématiques en suspend qui doivent être résolues, des potentiels dangers issus de la sorcellerie qui se dévoilent alors, ou bien des protections qui se mettent en place après divulgation d'un de ces dangers (d'envoûtement par exemple). La magie blanche est donc la magie bénéfique et protectrice par excellence.

Selon les cas et les demandes, les travaux de magie blanche n'interagissent pas tous au même niveau. Comme nous le voyons, si le problème est de détecter une source néfaste via un rituel de dévoilement alors c'est à ce moment que l'on aura une réponse mais ce dévoilement ne sera pas constant durant toute la vie et il faudra le réitérer si un autre danger se présentait. Il en va de même pour les protections, celles-ci sont spécifiques au mal rencontré et par conséquent sont adaptées à celui-ci, il est alors évident qu'un type de protection ne sera pas efficace pour un autre type d'agression magique (ou de problématique négative), ceci encore moins durant toute la vie aussi. La magie blanche détecte aussi les pertes d'énergie (issues de multiples raisons) et vient à palier au déficit ponctuel de cette énergie au moment du rituel, ici aussi il faudra effectuer un nouveau rituel ultérieur pour jauger le taux d'énergie et y remédier si nécessaire, l'action ré-énergisante ne dure pas non plus toute la vie en un seul rituel, ce serait d'ailleurs dangereux si cela était possible car un dosage précis est requis.

Comme pour la plupart des rituels, c'est en détectant sur le moment présent la teneur d'un problème que l'on peut juger de son importance pour y apporter une solution proportionnelle et équilibrée. Sachant qu'à chaque étape de notre vie nous évoluons, nos problèmes aussi, nos relations aussi et nos aspirations à vivre en empruntant tel chemin plutôt qu'un autre aussi. De facto, un rituel actif qui serait "fixe, durable et inaltérable" poserait sur ce point certainement plus de dégâts que de bien… C'est le problème des rituels non dosés et trop puissants, comme pour la magie noire qui dépasse toutes les bornes admises et écartent sans distinction toutes les lois universelles d'harmonie, elle crée ici au contraire un déséquilibre durable et négatif qui se ressent parfois des années après, voire toute la vie (en cas d'handicap physique ou mental lié à un sortilège de magie noire dévastateur, et des fois mortel…).

Reste enfin la magie rouge, c'est la magie de l'amour, des sentiments et de la sexualité. Cette magie agit principalement sur des affects bien souvent volubiles, variables et changeants, il est rare de voir une personne ne jamais changer d'avis sur sa vie amoureuse ou dans l'expression de ses sentiments, ce serait une erreur que d'infliger "à vie" un sort issu d'un rituel de magie rouge pour forcer (ici donc un envoûtement) une autre personne à l'aimer ad vitam, ce serait même un jour ou l'autre un poids impossible à détacher et qui pèserait lourdement, il faudrait alors avec une grande perte d'énergie positive défaire ce qui avait été créé. Heureusement, les rituels et en général les travaux de magie rouge disposent d'une durée raisonnable d'activité mais leurs effets se dispersent progressivement au fil du temps, il faut savoir que ce ne sont que des attelles nécessaires dans certaines situations le demandent pour palier à un manque, pour réparer ou harmoniser, c'est ensuite aussi dans un contexte extrêmement précis, en lieux et temps, qu'agissent ces travaux pour rééquilibrer et positiver une situation.

Bien entendu, une fois qu'un rituel a par exemple réussi à réunir deux personnes pour un amour commun, cette fusion est réellement effective et "il faut faire avec", mais reste à savoir si encore une fois le contexte ultérieur ne changera pas, si les personnes n'auront pas finalement de désaccord ou tout simplement si ce lien qu'avait forgé avec réussite ce rituel ne devrait pas être rompu naturellement un jour dans un futur plus ou moins lointain. On ne peut pas figer ad vitam une situation avec un rituel de magie rouge, on peut par contre réitérer ce rituel en fonction d'une situation précise et dans un contexte bien défini, on peut bien évidemment changer l'orientation d'un futur (par exemple amoureux) sans pour autant en figer le cap pour toujours, ce serait aller contre toutes les lois universelles, enfreindre le libre arbitre et la liberté de manière durable et donc transformer une magie rouge en une magie noire inflexible qui rend captif et donc qui devient négative.

Je pense que chacun comprendra qu'un seul rituel ne suffit pas à ordonner toute une vie de A à Z en une seule fois, il faut au contraire savoir analyser les paramètres constamment changeants que la vie nous impose pour avoir cette sagesse de ne pas vouloir s'imposer des limites impossibles à dépasser ou à modifier. Mais bien heureusement les travaux de magie apportent cette fantastique possibilité de mieux aborder les tournants existentiels qui viennent à nous pour en extraire les meilleures pistes et réussir nos vœux ou nos espoirs de vivre nos rêves, nos amours et nos aspirations. Comme d'habitude je reste à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous aider si besoin dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de praticienne. Vous pouvez me joindre par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) pour en discuter de vive voix ou bien m'écrire si vous préférez en passant par mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, peut-être pour un premier travail de magie (blanche ou rouge) adapté spécifiquement à votre problématique!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 22:05

Les amours défuntes sont peut-être pires lorsque le deuil n'a pas été entièrement consenti, c'est le constat que je fais chaque jour lorsque l'on me dit: "il (ou elle) est sous l'emprise de son ex, que dois-je faire?!" C'est alors qu'il faut se poser les bonnes questions pour comprendre la situation et tenter d'y remédier avec l'exacte dose de psychologie assortie parfois d'un peu de magie, car à ce stade l'irrationnel déploie toute sa logique dans ces cas précis où l'orthodoxie amoureuse n'a plus de sens, où l'être aimé est suivi d'un fantôme, de celui de l'ex qui ne veut pas se résoudre à disparaître. Mais peut-on réellement parler d'emprise lorsque l'amour semble ainsi partagé entre deux personnes, l'une présente et l'autre déjà au loin mais pourtant encore si proche qu'elle s'accroche à l'esprit et parfois au corps? Ce phénomène de persistance amoureuse est-il si fréquent, qu'en penser et surtout comment l'aborder? C'est à ces questions et sans doute à d'autres que je vais essayer de répondre, sachant que chaque histoire est unique mais que les schémas qui vont être explicités sont presque tous identiques.

En général, la mémoire d'une personne aimée reste effectivement ancrée à tout jamais en nous, même après une rupture et tout au long de la vie nous nous souvenons des étapes de nos relations amoureuses et cela reste une activité saine puisque personne ne pourrait se rendre volontairement amnésique de sa propre vie et de ses amours passées qui sont aussi, d'une certaine façon, ce que nous sommes devenus au présent car à chaque relation nous abordons l'amour sous des angles différents qui nous renforcent ou qui nous réorientent. Il est assez rare de rencontrer une personne ne plus se souvenir des amours qui ont compté, il y a toujours cette synesthésie du moment où les sens prennent le relais de la mémoire pour activer des images, des paroles et tant d'autres choses complexes que le cerveau a enregistrées consciemment ou inconsciemment. Sur ce constat nous somme tous égaux, par contre effectivement c'est sur le ressenti de ces affects passés que nous sommes tous différents, certains y seront plus sensibles que d'autres ou bien seront astreints à une pensée plus sélective, voire élective.

C'est surtout la persistance non désirée et récurrente d'un souvenir, lequel peut se transformer en véritable parasite de l'esprit, qui doit alors alerter sur une problématique pouvant perturber la vie courante, notamment si ce phénomène est lié à une relation amoureuse précédente (ou plus ancienne encore). Il est évident que de savoir son conjoint sans cesse hanté par son "ex" peut perturber un tant soit peu la vie de couple et entraver la relation dans ce qu'elle a de plus intime si l'on sait qu'il y a comme une sorte de ménage à trois avec une ombre du passé… Mais finalement ne sommes nous pas tous plus ou moins influencés dans nos choix et nos raisonnements par nos relations successives? Certainement, mais pas au point d'en être régulièrement affecté ou plus symptomatiquement handicapé comme un poids à devoir porter constamment. Il y a donc une limite acceptable à ces persistances, à ces souvenirs amoureux qui ont eu leur raison d'être mais qui ne doivent pas se mêler du moment présent et interférer jusqu'à un certain stade dans les affaires courantes au risque d'en dénaturer le ressenti.

Doit-on parler d'une sorte de schizophrénie lorsque ces moments, passés et présents, fusionnent presque instinctivement alors qu'ils devraient chacun avoir la place qui est la leur? Il y a certainement une souffrance à voir ressurgir sans cesse des souvenirs associés à des affects ainsi qu'à une personne qui fut aimée et que l'on n'arrive pas à "sortir de sa tête" (expression courante que l'on me rapporte souvent). Dans ces moments "d'invasion mentale" l'on peut effectivement parler d'une sorte d'emprise, de celle qui "prend la tête" et ressert son étau sans prévenir alors que ces instants ne lui appartiennent pas. C'est aussi une épreuve difficile pour les deux partenaires que de sentir l'ombre d'une autre personne peser sur le couple et en modifier la légitimité en s'imposant de la sorte. Lorsque cette sensation d'intrusion surgit dans le couple, il faut alors assez vite consulter pour éloigner ces pensées parasites ou du moins les rendre moins pertinentes afin qu'elles ne s'installent plus en invités indésirables et surtout ne puissent plus se mettre en scène avec un premier rôle illégitime.

"Exorciser" ces pensées venues du passé. Le terme peut sembler fort et pourtant il est correct de l'utiliser quand un souvenir prend soudain vie, tel l'égrégore en ésotérisme, et s'évertue à jouer les parasites en s'accrochant au mental pour perturber un contexte amoureux. Personnellement, tout comme le psychanalyste (et initié) C.G. Jung, je ne conçois pas de réalités conscientes et inconscientes séparées, elles sont un tout et forment une seule réalité qu'il faut certes parfois prendre sous deux angles différents pour en saisir les multiples facettes, certaines visibles et profanes, d'autres plus souterraines et difficiles à cerner pour nos sens communs sans user de la symbolique ésotérique alors très à propos. C'est seulement avec cette double vision des choses que la plupart du temps l'on peut résoudre des problématiques non conventionnelles, et en particulier celles qui touchent au domaine de l'amour et des relations avec autrui, dont notre emblématique "emprise".

Il existe de nombreuses méthodes pour contrer ce qui peut s'apparenter à une emprise, personne n'y verrait d'ailleurs dans le cas qui nous intéresse une quelconque intervention directe de cet "ex" qui n'agit plus sur le conjoint, pourtant encore une fois je souligne que tout est lié et que ce qui semble être une évidence n'en est peut-être pas une… Dans tous les cas de subtils liens persistent et c'est avec d'autant plus de subtilité qu'il faut agir en conséquence en prenant aussi ce qui n'est pas directement visible comme une cause agissante en soi. Mais ici nous abordons un tout autre domaine à la frontière entre la psychologie et la parapsychologie, de ces champs d'investigations que les spécialistes conventionnels n'osent pas aborder tout en sachant qu'il existe d'autres voies à emprunter pour rétablir une harmonie et pour régler des problèmes complexes.

C'est dans ce cadre que je travaille afin de pouvoir aider les personnes qui en font la demande, notamment et plus précisément dans le domaine des relations amoureuses qui ne se règlent pas avec un médicament ou sur ordonnance… Mettre en pratique mon savoir-faire au service des relations de couples est mon credo et je vous propose de me joindre si vous avez une problématique à me soumettre. Vous pouvez me contacter par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien par écrit depuis ma page de formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez éloigner l'emprise de ces pensées qui ne font plus partie de votre présent, je vous y aiderai!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 22:32

En amour, la peur de l'engagement représente peut-être le principal obstacle qui s'oppose à une union durable et il existe des raisons paradoxales et parfois même opposées qui en sont la cause. Mais une seule chose est certaine, c'est que cette peur est ancrée en chacun de nous à un moment ou à un autre, que ce soit de doute ou de faiblesse mais que nous ne sommes pas tous égaux pour en rejeter les effets après coup, serait-ce une force intérieure qui joue comme une protection ou au contraire une pure erreur de jugement, c'est sur ces points qu'il faut effectivement s'interroger car la plupart du temps ce recul face à l'union est factice ou superficiel en ce qui concerne la personne visée mais bien réel dans les faits et ressenti à la fois comme une sorte de délivrance et d'échec, ou l'un et l'autre selon le côté où l'on se place. Dans tous les cas s'engager en amour est vécu par la personne qui doute ou qui a peur comme une tragédie personnelle, comme une scène qui se rejoue à chaque rencontre qui pourrait être heureuse, mais qui échoue par une sorte de fatalité induite qui arrive au moment crucial pour bloquer un processus amoureux qui devrait se dérouler normalement.

Il existe bien évidemment des causes qui génèrent la peur de l'engagement, elles sont encore une fois véritablement multiples et parfois cumulatives pour aboutir à imposer mentalement cet état d'incertitude profonde et de malaise. Tout d'abord il est clair qu'une personne ayant déjà vécu une rupture sera plus apte à réfléchir à deux fois avant de s'engager de nouveau, elle prendra chaque nouvelle rencontre comme un probable recommencement de ce qui a déjà été avec la finalité qui l'a marquée, un peu comme ce réflexe Pavlovien qui consiste à anticiper une action qui se répète, ici la rencontre est assimilée d'emblée à une future rupture et par conséquent cette logique impose de ne pas aller plus loin et d'en finir au plus vite. La peur de souffrir de nouveau, de se voir entrer dans une trahison amoureuse planifiée ou de vivre une infidélité potentielle, développe et conforte ce sentiment qu'il faut stopper avant d'y arriver de manière effective. Cette "anticipation" est à ce stade souvent une fiction, une création presque logique du cerveau à compléter naturellement une histoire dont il a souvenir, même si cette histoire est différente par bien des aspects elle ne peut que se terminer selon un schéma connu et reconnu, celui de l'échec.

La rupture, via cette peur d'aimer et de souffrir (ou de faire souffrir) est donc conditionnée par un état d'esprit faussé par l'histoire personnelle qui peut tout aussi bien avoir comme base de décision de ne pas continuer une relation, pourtant viable, ceci pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la personne concernée. L'exemple le plus courant est aussi la perte de confiance "en soi", ce qui s'assimile dans la finalité au même effet que la perte de confiance en autrui dans les résultats, c'est-à-dire à créer ce schisme, ce doute et cette cassure qui va briser la relation amoureuse. Car la peur de l'engagement dit bien son nom, c'est une responsabilité personnelle au premier degré, celle de ne pas vouloir aller plus loin sur le chemin, ne pas s'y engager, y voir au loin l'impasse d'une relation, ou bien au bout de la route un précipice, aucun pont pour le traverser et ne pas attendre de le construire. C'est sur ce point qu'il y a renoncement, celui de ne pas vouloir tenter une construction avec autrui, ne pas se sentir assez fort pour édifier ce passage définitif vers l'autre, créer cette passerelle amoureuse, cette union constructive qui dépasse et surmonte les épreuves.

D'un point de vue psychologique cette attitude est parfaitement compréhensible, ce qui l'est moins c'est de se trahir soi-même en ne pensant qu'aux maux et aux finalités, il y a un refus du "vivre le moment présent" en le pervertissant de futurs potentiellement négatifs pour ne pas dire nihilistes via une certitude entretenue de l'absence puis de l'abandon programmés d'avance. Pour ne pas souffrir de cette absence d'amour alors qu'il est pourtant présent, il est préférable de s'en passer avant qu'il ne devienne encore plus fort, c'est ici le paradoxe implacable de ce raisonnement qui tient un peu du sadomasochisme, demander ou appeler le mal pour le stopper et se sentir mieux, ici le raisonnement inverse: ne pas s'engager plus loin dans ce bien-être amoureux pour ne pas avoir à en souffrir encore plus s'il venait à disparaître ultérieurement… Il est évident que pour contrer ce raisonnement il faut se "disrupter", c'est-à-dire savoir se remettre en question pour sortir de ce cercle vicieux où toute approche de l'amour entraînerait son éloignement programmé.

La peur de l'engagement n'est autre qu'une protection de soi et accessoirement de la personne aimée que l'on désire aussi protéger, c'est alors une projection de ses propres peurs qui s'étend et la seule façon de ne pas la voir s'amplifier encore et encore dans une union reste la rupture de celle-ci. Afin de casser ce raisonnement qui admet la finitude de la relation alors que celle-ci est en cours, il faut désacraliser la relation afin de ne pas en faire une finalité en soi mais un évènement naturel en soi, qui existe au présent et qui doit avant tout se vivre dans ce présent comme une réalité et non comme une projection. Car le cercle vicieux cité n'est que cette déviation de temporalité où l'esprit fusionne une réalité et une fiction afin de n'en garder que la seconde pour ne vivre que dans une projection faussée de la réalité présente. La vraie peur c'est l'anticipation d'une potentielle souffrance future qui s'installe alors de facto dans le présent et le perturbe fondamentalement…

"Se voir" trahi(e), déçu(e), en état de souffrance, d'échec ou de doute insupportable est en effet une bonne raison de ne pas vouloir s'engager sur ce chemin assez sombre, mais ce n'est pas la réalité, c'est une fiction, une projection qui crée un blocage et une inertie, ne voulant pas partager cette "funeste potentialité" à deux c'est le mauvais choix, celui de la rupture, qui est choisi pour l'éviter… et c'est bien complètement l'inverse qui devrait être effectué: partager ses craintes, ses doutes et ses peurs afin de les exorciser, de les mettre à jour et de ne plus les garder tapies dans l'ombre de son esprit. C'est en exposant ses peurs qu'elles en viennent à disparaître, c'est en partageant ses doutes qu'ils en viennent à être levés, c'est en se confiant que la confiance revient d'elle-même, c'est de cette façon que l'on casse ce cercle vicieux et que l'on s'engage véritablement d'abord dans l'intentionnalité pour en rompre l'inertie, puis dans les faits en acceptant le présent à vivre pleinement.

En qualité de praticienne j'utilise plusieurs méthodes conjuguées afin de résoudre les problématiques amoureuses dont celle qui vient d'être évoquée et qui s'apparente à un véritable dilemme lorsque l'on y est confronté, c'est-à-dire entre doute et fausses certitudes, entre volonté d'union et désengagement forcé ou provoqué. Je réponds donc à toutes vos questions et à vos attentes concernant ce domaine si vous désirez une aide ciblée et efficace. Pour ce faire n'hésitez pas à me téléphoner au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien à m'écrire plus en détail si cela vous permet d'expliquer plus facilement votre problème avec des mots, merci dans ce cas de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir ma page de formulaire de contact. Je vous dis à très bientôt et ne doutez plus de vous, l'amour finit toujours par vous engager sur sa voie!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 23:14

Je parle souvent d'envoûtement dans des situations particulières (envoûtement amoureux, envoûtement sexuel, envoûtement de lieu, etc.…) mais la source de ce type de rituel reste difficile à concevoir lorsque l'on ne connaît pas la magie, et c'est effectivement un point complexe à faire comprendre à toute personne totalement profane en la matière. Or, il est nécessaire de saisir le sens de ce que représente un rituel lorsque l'on veut effectuer des travaux de magie avec un praticien (il n'est en effet pas du tout recommandé d'agir seul), ceci pour en "prendre la charge" pleinement. Car, et je le répète à chaque article sur ce thème, une personne demandeuse d'un rituel pour "régler" une problématique se doit elle-même de s'investir mentalement dans ce rituel, c'est ce que l'on appelle la charge, c'est-à-dire la volonté ferme, assidue et durable de le "porter" (d'où la charge, le poids spirituel qu'il représente). C'est d'ailleurs aussi, selon moi, la toute première chose à dire et à faire: celle d'informer que l'action magique passe avant tout par cette acceptation, cette volonté positive et légitime que le rituel apportera une solution favorable au dénouement de la situation.

Il n'est effectivement pas possible de finaliser un rituel de manière acceptable (dans le sens où la situation se règle) si la personne demandeuse ne croit pas en ce qu'elle désire réellement ou ne cherche pas volontairement à porter le rituel. Je rappelle que le praticien n'est que l'exécutant suivant un savoir-faire acquis mais qu'il ne peut pas se substituer in extenso à la volonté du demandeur qui en est le véritable moteur, ou si l'on voulait jour sur les mots: en est l'essence même pour le faire avancer. Une autre métaphore simple à comprendre et intéressante serait celle de l'architecte qui construit un moulin, il en a le savoir-faire mais il n'est pas le vent qui fera tourner les pales de ce moulin une fois terminé. Il y a donc une synergie pour transformer une volonté initiale en une énergie symbolique et créatrice via le rituel qui engagera une action magique pour contrer un obstacle ou un problème, voire des fois pour en provoquer un…

Car n'oublions pas que l'envoûtement dispose de deux polarités, l'une généralement "bonne" pour le demandeur qui fait générer cette énergie par le praticien via le rituel pour déplacer le contexte dans le sens voulu, l'autre polarité cherchera à contrer cette énergie qui s'impose au contexte en place et donc à aller dans le sens inverse. En d'autres mots, les divers protagonistes verront de manières parfois totalement opposées l'action issue de l'envoûtement, par exemple si une femme cherche à utiliser un rituel de type envoûtement amoureux pour récupérer son mari, un rituel de retour d'affection puissant, alors il est certain que le rituel devra s'imposer à la volonté du mari et d'une certaine façon contrer sa volonté pour qu'il revienne, c'est bien ici deux polarités, deux actions et deux volontés qui s'affrontent, sous le couvert de la magie en déplaçant le contexte pour qu'il soit favorable. Le rituel n'est qu'un marqueur de cette volonté, il pointe une direction à suivre, il est un vecteur d'énergie et de volonté pour générer une action dans un sens précis.

Maintenant que ces quelques orientations ont été notifiées, la définition de l'envoûtement commence à mieux prendre toute sa signification en ayant une orientation, une cible, le tout dans un contexte, via des actions qui modifient ce contexte afin de changer une ou plusieurs situations, avec un demandeur, un praticien et au minimum un autre protagoniste (la cible principale). N'oublions pas que l'envoûtement se porte toujours sur une personne (ou sur un groupe de personnes), voire sur le demandeur lui-même si c'est un auto-envoûtement, c'est-à-dire si sa volonté est d'agir sur lui-même pour modifier un comportement (contrer la malchance, apporter une énergie positive, changer une orientation ou une mauvaise habitude, etc.…). Le rituel d'envoûtement se joue comme une pièce de théâtre avec tous ses acteurs, ses décors, ses répliques, son scénario, une première partie où l'on campe les personnages, un deuxième acte où l'action s'installe, et si tout va bien un acte final où la situation a bien été dans le sens que désirait l'acteur principal, le demandeur. Le praticien ne serait ici que le metteur en scène, avec des dons d'éclairagiste pour focaliser l'action en cours.

Le déroulement d'un rituel d'envoûtement sera donc un peu à l'image de cette pièce de théâtre avec cette particularité que le demandeur sera à la fois acteur et spectateur de sa vie avec un scénario dont il aura commencé à écrire les grandes lignes où sa volonté s'exercera. Mais avant d'entrer en action il faut toujours définir ses plans selon les aléas en présence et planter le décor, c'est une phase essentielle que celle de la prise d'informations et de cette passation qui s'effectue entre le demandeur et le praticien, l'un exposant sa volonté, l'autre recevant l'ensemble des éléments constitutifs qui serviront à l'élaboration du rituel dans un contexte bien défini. Cette mise en forme permettra d'ajuster le rituel au plus près de la réalité objective du contexte afin d'agir au mieux sur celui-ci. Vient ensuite une phase d'expression de la volonté qui donnera une direction à suivre, un itinéraire où chaque étape pourra être réajustée, où chaque contour pourra être précisé. Ce n'est qu'avec cette transmission, d'informations puis de volonté d'agir que se "chargera le rituel", que celui-ci s'animera pour entrer en action et se rapprocher du but défini.

Il est difficile d'expliquer un concept aussi symbolique et pourtant ayant une réelle puissance que celui du rituel d'envoûtement car il y a forcément à accepter de facto que la volonté seule peut, selon certaines modalités ésotériques, suffire à modifier un contexte et à apporter des solutions en bougeant les lignes de la réalité. C'est toute la définition même de la magie que de transmuter une idée, un symbole ou une parole en une action, en une modification du code intime de la réalité. Mais n'est-elle pas elle-même déjà un concept difficile à comprendre, cette réalité, qui n'est pas forcément la même selon l'observateur et le point de vue où l'on se place? La magie, et plus largement l'ésotérisme, nous explique que tout est imbriqué, et que le monde des idées, de la matière, du temps et de l'action qui en résulte sont tous une composante d'une réalité où l'observateur est le maître du jeu, sans lui rien n'existerait, avec lui tout est possible.

C'est d'ailleurs mon rôle que d'expliquer qu'en chaque personne il y a un architecte de la réalité et que celle-ci est peut-être beaucoup plus liée à chacune de nos décisions et volontés qu'on ne pourrait l'imaginer… Dans cet ordre d'idée je reste à votre disposition si vous-même avez une problématique à résoudre dans le cadre de mon activité professionnelle en élaborant le ou les rituels dont vous avez besoin. N'hésitez pas à me poser des questions ou à me soumettre votre situation afin que je puisse vous aider, joignez-moi par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien écrivez-moi via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt pour définir ensemble l'itinéraire le plus apte à satisfaire positivement votre volonté de changement!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 19:26

Les relations de couple sont un peu à l'image des vagues sur la plage, avec les marées montantes ou descendantes on ne sait jamais si les tempêtes auront un effet sur le littoral en rognant un peu plus sur les terres, c'est-à-dire en usant petit à petit le couple dans la tourmente ou bien en lui laissant le temps de renforcer ses digues. Car finalement ce qui compte c'est de durer malgré les aléas, en évitant les pièges de la routine ou ceux de la discorde toujours à l'affût au tournant d'un temps moins favorable où tout peut en effet basculer. Afin de ne pas se laisser dépasser par les eaux sombres d'un débordement conjugal, il est impératif de savoir anticiper les crises ou du moins d'en préparer de potentielles venues incontrôlées. C'est en partie le but de cet article que d'éviter les roulis dans le couple mais surtout finalement d'en améliorer la visibilité pour voir plus loin et mieux, car il est toujours nécessaire de prendre de la distance, non pas physique mais temporelle pour savoir se projeter dans des futurs probables, une sorte d'anticipation qui n'est pas de la science-fiction mais une réelle aide, un travail à élaborer lorsque la route n'est plus aussi sûre qu'avant. Le rapprochement affectif est de ces travaux sur soi et sur le couple dont il convient d'avoir au moins une fois tenté l'approche pour se rendre compte que rien n'est jamais acquis et que l'on ne se connaît soi-même qu'après avoir vécu l'ouragan d'une rupture (ou d'une crise importante) pour en comprendre la source et l'éviter avant qu'elle ne survienne.

Notons de suite que ce qui est bon pour le couple l'est aussi pour n'importe quelle relation en cours sans pour autant "être en couple", voyons large pour ne pas stigmatiser ceux ou celles qui sont sur le point d'aborder une union plus durable à deux dans le temps. Le rapprochement affectif est donc une méthode qui permet principalement d'éloigner ce qui est néfaste pour la relation amoureuse tout en resserrant les liens existants, ceci sans pour autant étouffer non plus les protagonistes avec des chaînes trop lourdes pour eux… C'est souvent ici qu'en coaching le problème peut persister, à toujours vouloir en faire trop au risque d'envahir la sphère personnelle au nom du diktat du couple alors que l'on doit d'abord savoir gérer le Soi tout en préservant le Nous, lequel est d'une certaine façon une entité à part qui se doit d'être tolérée d'un commun accord. La meilleure façon d'aborder cette apparente contradiction, c'est-à-dire de penser que ce qui est bon pour le couple est forcément bon pour soi (ou inversement), est d'agir déjà à l'échelle personnelle afin d'en comprendre les subtilités. C'est en général ce que je propose lors des travaux via le rituel de rapprochement affectif: d'abord savoir gérer ses propres besoins afin de les intégrer dans ceux du couple, avec en complément bien évidemment ceux du partenaire.

Le rapprochement affectif est donc principalement axé sur cette compréhension intime des besoins en présence et de la bonne répartition du socle commun qui va fédérer le couple et le renforcer. Travailler sur cet axe est aussi une remise en cause parfois personnelle afin d'écarter une partie de l'Ego trop exclusive et d'en éloigner les affects contraires à la relation, il y a aussi dans cette introspection une réelle double volonté d'intégration et de compréhension, à la fois de soi mais aussi de celle du partenaire. C'est sur ce dernier point important que la "réalité pensée" peut parfois différer de la "réalité de fait", le ou la partenaire ne sont la plupart du temps pas comme l'on pouvait l'imaginer. Cette méconnaissance (plus ou moins profonde selon les personnes) sera principalement à l'origine des problématiques de couple en faussant radicalement une vision idéalisée qui n'est pas conforme à la réalité, ce qui éloigne d'autant plus la vision juste que l'on peut se faire du socle commun si primordial dans la relation si l'on s'en fait soi-même une idée erronée…

L'analyse de ce que l'on désire procède effectivement du rituel, il y a derrière toute nécessité ou besoin une "volonté qui s'exprime", celle d'aller dans une direction précise, et c'est l'action de définir cet itinéraire qui permet de comparer la carte du couple pour en trouver des chemins, lesquels iront sur un but commun avec si possible une conduite menée à deux pour y arriver. Lorsque les chemins divergent ou s'égarent, alors la tentation de suivre sa propre voie égotique implique de s'éloigner de celle du couple avec les risques de perdre de vue le partenaire. Les travaux de rapprochement affectif vont donc cartographier les besoins afin de les faire coïncider sur une même voie, ce qui demande une analyse de soi, du partenaire (et de ce que l'on en perçoit) ainsi que du contexte en présence. J'insiste souvent sur le contexte et au début des travaux l'on ne comprend pas toujours qu'il est le véritable instigateur des désirs et de la potentialité de les réaliser, le contexte est le catalyseur discret de nos envies et de nos esprits qui baignent dans cette réalité induite par notre perception.

Volonté, perception, désirs et contexte, voici les maîtres mots des travaux où s'incorpore le rituel avec ses symboles afin d'en extruder la vérité et d'en faire une démarche positive et dynamique. La perception de soi est très difficile si l'on cherche une vérité objective, c'est pourquoi l'aide d'un praticien avec une méthode efficace est nécessaire. Vient ensuite la volonté d'agir dans le sens du rapprochement envers l'autre qui s'accompagne forcément d'un abandon de certaines valeurs personnelles liées proprement à l'Ego et non compatibles avec le commun du couple, cette étape ou le désir personnel laisse la place au désir du couple caractérise la pierre d'achoppement de l'édifice amoureux où l'on recentre les priorités de manière forte, où la volonté est encore mise à contribution pour y arriver. Agir avec un rituel c'est faire fonctionner cet inconscient via toute la symbolique du Soi et du rapport à l'autre, c'est réinventer la relation pour que le contexte lui devienne encore plus favorable.

Expliquer les travaux de rapprochement affectif est complexe sans base de référence réelle, cela le reste tout autant lorsque l'on doit analyser une situation qui existe avec de plus la personne concernée, mais c'est cette démarche qui permet essentiellement de réaliser le but recherché, c'est-à-dire de passer par la symbolique du rituel pour agir sur la volonté, laquelle reste souveraine quant à la façon d'agir dans le cadre du contexte de la relation. Le tout est de bien définir tous les paramètres, de les expliquer et d'en évaluer l'impact pour agir, déjà sur soi, puis par extension et transitivité sur le couple. Je reste à votre disposition pour discuter de ma méthode et voir de vive voix avec vous si mon aide peut vous apporter une solution dans le cadre de travaux de type "rapprochement affectif". Pour ce faire merci de me joindre par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien de m'écrire si vous préférez les mots en passant par mon formulaire de  contact (je réponds à toutes demandes formulées de manière précise), merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir ma page de contact. Je vous dis à très bientôt pour améliorer votre relation amoureuse et éviter les écueils sur le chemin!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
15 février 2019 5 15 /02 /février /2019 20:08

Suite à mon précédent article (sur le paradoxe amoureux), j'ai eu beaucoup de questions quant à la place des hommes et des femmes, plus précisément sur cette caractéristique importante de la relation fondée sur une certaine assurance des sentiments mais aussi une confiance en soi qui joue un rôle capital dans l'élaboration d'un couple harmonieux et équilibré. Aujourd'hui, force est de constater que cet élément de confiance en soi n'est pas acquis par tous et qu'a contrario certaines personnes disposent d'un charisme et d'une "prédominance" qui s'exercent bien au-dessus de la moyenne, appelons ces individus des hommes et des femmes "Alpha", un terme issu directement de l'étude de nos amis les bêtes, mais ne sommes-nous finalement pas aussi des animaux, un peu plus évolués, quoi que…? C'est dans cette direction que va s'élaborer cet article, surtout pour en définir des solutions pour améliorer les relations humaines, et bien entendu les relations amoureuses qui sont bien au coeur des préoccupations de chacun, avec tout de même une maxime à bien méditer: "pour savoir aimer autrui il faut aussi savoir s'aimer soi-même".

"L'homme est un loup pour l'homme". Voilà qui nous arrange puisque la notion "d'individu alpha" est directement liée à celle qui définit le chef de meute (ou la cheffe), ce qui est précisément le cas pour les loups qui se dotent d'un tel meneur à la tête du groupe. L'individu Alpha chez les loups s'apparente à celui qui dispose de plus d'expérience et de force mais aussi qui sait guider ses semblables selon une hiérarchie très bien définie où chacun a sa place dans la meute. Chez d'autres animaux le droit de se reproduire est lié directement à ce statut de mâle ou de femelle alpha, notamment chez nos plus proches cousins les primates. Le rôle de la sexualité n'étant pas à mettre en parallèle sous un même angle entre les animaux et les Hommes, il n'en reste pas moins qu'un individu dit "alpha" sera dans l'esprit de nos contemporains une personne n'ayant pas ou peu de problèmes sur ce sujet de la sexualité ou des relations amoureuses, avec un ascendant certain sur autrui en terme de charisme et de caractère sachant s'affirmer à la fois dans la parole et dans l'action qui en découle. Autrement dit, le mâle alpha chez les hommes est plutôt un séducteur (dans tous les sens du terme) et l'équivalent féminin une "maîtresse femme", comme l'expression le laisse de facto entendre.

Il est d'ailleurs intéressant de souligner que dans l'esprit du commun des mortels seule la référence à la sexualité (ou à la relation amoureuse) s'ancre profondément pour englober toute la définition de  "l'alpha" alors que de manière plus générique il faudrait y voir le chef et le meneur, celui (ou celle) qui dispose de la force et de la sagesse pour s'imposer comme représentant du groupe et savoir le conduire légitimement. Ce qui tombe bien puisque c'est en effet une composante importante qui nous intéresse, surtout en ce qui concerne les relations amoureuses et plus précisément celles qui s'instaurent dans une couple. Sur ce  point, la véritable interrogation fait de suite jour: y a t'il dans un couple l'un des deux qui se positionne en qualité d'alpha pour que tout "fonctionne" de manière harmonieuse, ou non? C'est ici une question fondamentale qui peut aussi se décliner en plusieurs types de réponses, selon les couples en présence. Pour faire simple, nous avons trois "classes" de couple possibles: le couple sans alpha, le couple avec un alpha (homme ou femme), et le couple avec deux alpha…

En prenant évidemment le couple comme un "groupe restreint", à la limite en l'élargissant à celui de la famille si besoin, est-il réellement possible d'avoir tout d'abord deux alpha sous le même toit? Deux fortes personnalités qui se suivent tout en se donnant des directions allant toujours dans le même sens? À y bien réfléchir, la situation semble périlleuse et à un moment ou à un autre les deux personnalités seront un jour en forte opposition. Ce constat peut sembler abrupt mais reste logique dans sa définition même, c'est-à-dire qu'il ne peut y avoir qu'un seul alpha dans un groupe, par conséquent les divergences et les risques de guerre d'ego sont grands pour y voir une harmonie durable, même si celle-ci peut durer, mais un temps seulement au début de la relation. Reste "heureusement" que par bonne intelligence l'un des deux puisse reconnaître la place d'alpha à l'autre pour tenter de sceller les liens amoureux, sans amertume ni regret cela peut arriver. Deuxième solution: ni l'un ni l'autre ne sont des alpha et dans ce cas il y a une sorte d'alternance du pouvoir, un cycle vertueux de compétences et d'intelligences en osmose, l'un et l'autre se mettent sur un même pied d'égalité pour décider de la bonne marche du couple, avec parfois des erreurs, totalement assumées.

Dans le cas le plus courant, dans la plupart des couples l'un se désigne plus ou moins ouvertement comme l'alpha, avec l'accord tacite de l'autre, parfois en se déléguant des tâches et des responsabilités communes ou prioritaires, ce qui permet aussi d'user avec intelligence (encore une fois) des compétences de l'un et de l'autre, voire des deux selon les situations et décisions à prendre. Cette spécificité est la plus répandue chez les couples, ce qui pourtant ne veut absolument pas dire qu'en dehors du couple chacun ne peut être un alpha dans un autre groupe… Car l'on "n'est peut-être pas prophète en son couple mais rien ne l'interdit à l'extérieur!". C'est ce qui explique aussi parfois que certains puissent s'épanouir professionnellement en qualité d'alpha (ou en faire subir les aléas comme un "petit chef" dans une entreprise…). Notons enfin sur ce point que l'ensemble de nos sociétés est actuellement structuré selon ces schémas où la distribution des rôles dans l'échelle sociale est définie selon des strates avec des groupes sous la direction de chefs et de sous-chefs, c'est-à-dire de "pseudo-alpha" réels ou artificiellement maintenus en place…

Autre question, celle finalement du titre de cet article, qui arrive à point nommé presque en dernier après y avoir donné des pistes et des éléments de réponse: "êtes vous un homme ou une femme Alpha?". Dans le couple et vos relations amoureuses, nous avons vu les typologies possibles mais que la plus adaptée et harmonieuse reste celle effectivement basée sur le partage ou l'alternance de décision (et de pouvoir), et que rien ne vous interdit (si vous en avez les capacités et le tempérament) d'être un alpha dans un ou plusieurs autres groupes (professionnel, sportif, virtuel, artistique, culturel, etc.…). Comme nous le voyons, a contrario de certains sites ou blogs qui vous démontrent par A plus B comment devenir un Alpha, nous devrions d'abord nous demander si cela est véritablement profitable pour nos relations amoureuses, professionnelles, etc. Car le statut "déclaré" d'alpha peut aussi nuire à la bonne marche  des actions à entreprendre dès lors qu'elles demandent un partage des taches et des responsabilités, une répartition des pouvoirs où l'Ego se doit de rester sagement au vestiaire. N'est-ce pas d'ailleurs la meilleure démarche pour s'intégrer dans un groupe que de ne pas chercher à vouloir le contrôler par pur instinct (animal...)?

Dans le couple je prône le partage et la responsabilité commune des actions et des décisions, ceci pour l'harmonie et la stabilité puisque ce n'est qu'à deux qu'une solution commune peut émerger sans crise d'autorité ni excès d'Ego de l'un ou de l'autre, autant finalement avoir l'instinct intelligent d'un "couple alpha" sans avoir sans cesse inutilement à avoir à en dissocier les parties qui le composent! Je suis comme d'habitude à votre disposition pour répondre à vos questions, notamment sur celle du couple et de notre thème si une problématique de type "alpha" un peu trop "exprimée" venait à assombrir votre relation. N'hésitez pas à me joindre pour en discuter de vive voix au 06.34.48.95.33 (numéro de téléphone direct et non surtaxé) ou bien à m'écrire depuis mon formulaire de contact pour m'expliquer votre situation (merci de cliquer sur ma bannière web qui est ci-dessous pour ouvrir ma page). À très bientôt et ne cherchez pas l'alpha qui sommeille en vous, il n'est peut-être pas forcément toujours le bienvenu pour s'imposer à tous, dans toutes les situations...

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 00:31

"Il vous quitte par peur de souffrir à nouveau". Voici une phrase qui peut aussi se conjuguer au féminin puisque cette peur de perdre finalement un amour que l'on a réussi à conquérir n'est bien évidemment pas l'apanage unique des hommes, je dirais même que les femmes en ont beaucoup plus conscience qu'une gent masculine plus souvent axée sur la conquête et un peu moins sur l'après, comme si l'étape ultime était d'arriver à capturer cet amour sans par la suite se poser d'autres questions plus pérennes… En même temps, c'est bien l'homme qui a peur de ne pas arriver à la conquérir, là où la femme est relativement certaine d'arriver à ses fins, ce qui pourrait par conséquent expliquer que l'appréhension vienne s'installer dans un second temps. Mais ne soyons pas trop cartésiens avec les sentiments et avec le plus complexe de tous, l'amour, il ne faut jamais anticiper la réaction des uns et des autres, Cupidon sait toujours jouer des tours là où on ne l'attend pas! Ceci dit, faut-il prendre ce que j'appellerais ici le "paradoxe amoureux" comme une certitude, de celle qui vient à coup sûr gâcher la fête, de celle qui s'invite sans prévenir ou bien au contraire qui s'annonce avant même d'avoir commencé à entrer dans la danse?

Une peur ou une inquiétude? Oui, car le distinguo reste à faire et la différence est à mon sens fondamentale. Mais déjà interrogeons-nous sur le type de relation, car ici aussi peut s'instaurer un schéma où les ressentis de chacun n'auront pas du tout les mêmes finalités, où la place de chaque partenaire se trouvera en bon équilibre ou bien au contraire sur une pente que l'on peut aussi construire soi-même… En effet, le ressenti dans une relation n'est pas le reflet d'une réalité, il est soumis à l'interprétation et donc parfois à l'égarement et à l'erreur, monsieur (ou madame) peut très bien ressentir un malaise amoureux, de celui qui fait penser que l'on n'est pas à la hauteur des enjeux ou que soi-même l'on ne mérite pas l'autre. Ce malaise existe dans presque tous les couples, souvent en alternance lorsque le contexte se modifie, une sorte de variation tout à fait normale de parfois douter de soi et d'admirer par amour le partenaire en cherchant la place que l'on occupe. Ce jeu d'équilibre en effet miroir apporte en général une dynamique positive où le couple sait s'observer et se remettre en cause, où l'un et l'autre s'apportent quelque chose de complémentaire pour regarder dans la même direction et ajouter une pierre à l'édifice.

Le problème de notre "paradoxe amoureux" s'accentue quand l'un des deux (parfois aussi les deux…) n'est pas assez sûr de lui-même pour se sentir assez fort pour porter son amour jusqu'au bout en se fustigeant via une réflexion biaisée par son propre doute alors que dans la réalité il n'y a bien souvent aucun problème que celui qu'il se pose à lui-même, une sorte de réflexion dans deux miroirs qui se renvoient crescendo une image faussée, c'est l'escalade intérieure du doute, une sorte de peur panique de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur du couple. Il s'ensuit alors une certitude, celle que le partenaire va s'apercevoir de ce déséquilibre et va forcément rompre à un moment, d'où: il vaut mieux partir avant (une logique paradoxale). Ce raisonnement auto-infligé n'est que la résultante d'un manque d'assurance en soi, affublé d'une sorte de sacralisation de la relation (et du partenaire) qui en devient un enjeu vital, à tel point que l'on préfère abandonner le jeu (de l'amour) avant que la mise (sentimentale) ne soit trop élevée en fin de partie.

Dans les cas les plus extrêmes, les relations sentimentales où effectivement les deux partenaires doutent d'abord fortement d'eux-mêmes entraînent une sorte de renoncement réciproque encore plus extravagant ou bien au contraire une soudaine compréhension que chacun est dans la même position chancelante sur une balance fictive, les dénouements de telles situations sont alors bienheureuses et encore une fois un nouveau paradoxe vient se placer en renforçant la relation en se basant sur la reconnaissance réciproque des doutes de chacun, si cela est le cas. La problématique principale qui se détache de ces situations revient à redéfinir la notion de couple, ou de désir de vivre à deux en acceptant ses propres faiblesses mais aussi celles du partenaire qui doit agir à l'identique en retour. C'est cette acceptation qui est importante et qui peut faire défaut dans notre paradoxe amoureux où le doute sur soi l'emporte sur la possibilité d'acceptation réciproque des faiblesses. Il y a donc essentiellement un manque d'assurance en-soi qui se meut en manque d'assurance dans sa propre relation à pouvoir vivre en couple, une sorte de digression du soi vers la relation ainsi altérée par ce processus de glissement.

Anticiper la faiblesse du partenaire, c'est-à-dire comprendre son manque d'assurance, c'est en faire une véritable force dans le couple, et c'est ce qu'il faut faire comprendre pour casser ce cercle vicieux, pour briser ce miroir intérieur qui reflète une mauvaise image de soi. Ce n'est qu'en modifiant le contexte du couple en devenir et en l'exposant à ses peurs que les deux partenaires s'entendent à briser le paradoxe amoureux, c'est-à-dire à ne pas rompre par peur de souffrir de voir l'autre potentiellement dans la même position de rupture et de souffrance. Il y a tout de même un peu l'image d'un désamorçage de bombe dans ce schéma, car ce n'est pas si simple de modifier un contexte où à chaque pas de l'un (et de l'autre) c'est l'équilibre des deux qui vacille dans le même mouvement. C'est pourquoi en qualité de praticienne spécialiste du couple je peux aider à mieux manœuvrer dans ce labyrinthe émotionnel et relationnel afin de prendre le meilleur itinéraire vers une sortie harmonieuse et bénéfique pour les deux partenaires, donc pour le couple. Généralement, entreprendre un travail avec uniquement l'un des partenaires permet à la fois de cibler ses propres peurs et celles (fictives ou réelles) du partenaire, ainsi pour casser le paradoxe amoureux il faut envoyer une sorte de cheval de Troie dans le couple pour lui rendre sa puissance, son assurance et sa cohésion.

Quitter quelqu'un par peur de le voir partir, c'est anticiper une fin malheureuse avant qu'elle n'arrive, c'est aussi en plus d'un simple paradoxe amoureux un véritable paradoxe temporel que d'inverser la finalité des choses avec leurs débuts… Et l'on peut bien évidemment en démontrer l'incohérence logique tout en sachant qu'il y a un ressenti réel, c'est ici toute la difficulté à dépasser! Je me propose de vous aider si vous êtes dans cette situation qui n'est pas insurmontable puisqu'il y a des solutions pour finalement mettre en phase le soi avec l'idée réelle que l'on s'en fait en l'associant à la notion plus élargie du couple en acceptant une vision positive du partenaire, c'est un travail sur plusieurs niveaux qui s'élabore avec plusieurs méthodes conjuguées dont je me permets d'en discuter avec vous. Contactez-moi pour m'expliquer votre situation de couple au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien écrivez-moi si vous préférez passer par un texte pour être plus précis(e). Merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact, je réponds à toutes les questions! Je vous dis à très bientôt, et sachez décrypter votre relation amoureuse pour en éviter certains paradoxes, je suis prête à vous y aider!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 18:45

Le couple est une entité très spéciale, ni la somme des deux partenaires, ni leur complémentarité exacte, ni un entre-deux qui ne les représenterait pas vraiment, non, le couple est assurément mutable, il se fond dans toutes ces potentialités selon le contexte dans lequel il est plongé, il peut être à la fois forces allant dans la même direction ou bien tout au contraire deux polarité s'affrontant pour avancer dans un sens indéfini au rythme des tiraillements de l'Ego de chacun avec parfois un immobilisme le figeant dans ses contradictions les plus extrêmes. Ce constat nous l'avons tous et toutes fait, celui de l'amplitude de nos réactions à deux et de toutes ces possibilités d'action ou d'inaction, parfois d'involution ou de révolution majeure au sein du couple, c'est une sorte de roue de la Fortune, la roue de la Vie qui s'expose au grand jour. C'est justement dans des moments conjugaux de mauvais temps et de grand froid que l'on reconnaît la résilience d'un couple pour se sortir de l'ornière mais tous n'ont pas cette chance de pouvoir réagir à temps pour ne pas casser les amarres et voir dériver au loin les sentiments, il est parfois nécessaire de redonner du vent dans les voiles du navire, de donner un coup de pouce salutaire pour que le cap puisse de nouveau être repris. C'est dans cette optique de restitution des meilleures potentialités du couple que certains rituels sont à réaliser aux bons moments afin de ré-harmoniser la relation, c'est le but de cet article.

La crise de couple n'est pas une fatalité, c'est une réalité dans ce cycle où deux individualités se conjuguent avec le plus souvent des vitesses différentes, tout comme deux rouages étant liés mais agissant l'un sur l'autre, parfois en accélérant de concert, parfois en tentant une pause ou en y étant forcé. La crise venant d'un facteur extérieur permet souvent de conjuguer des efforts pour surmonter les obstacles avec comme cible commune ce qui affecte le couple, il y a alors une synergie pour affronter la crise et la dépasser si les partenaires disposent de l'énergie nécessaire pour la résoudre, c'est la grande majorité des cas. Dans d'autres configurations moins heureuses, où la problématique est la plus forte, par exemple lors de grandes pertes (de biens ou de disparitions de proches), le couple peut se morceler pour ne laisser que les deux personnalités isolées chacune dans leur détresse avec un enfermement qui les sépare plus durablement, sauf si une action est opérée au plus vite, provenant de l'extérieur pour compenser cette distanciation et effectuer un rapprochement, il y a déjà ici un travail de retour d'affection, double et réciproque pour rétablir l'harmonie.

Mais le véritable danger vient de l'intérieur, lorsque les partenaires sont leur propre fixation de problématique et que les liens ne remplissent plus leur office, celui de l'attachement qui se distant, celui qui les transforme en un nœud inextricable de quiproquo sans solution simple que celle de couper court. Dans cette configuration il faut chercher la source de la discorde et savoir remonter le temps exact où a germé cette mauvaise graine, il faut aussi vouloir la trouver, ce qui n'est pas toujours le cas lorsque la volonté manque ou que l'énergie vitale pour le faire n'est plus partagée. La seule perspective positive provient alors d'une étude extérieure des faits incriminés, de cette analyse en renfort pour servir à pallier une volonté chancelante tout de même encore présente pour sauver le couple, ici aussi le rituel de retour affectif est la solution la plus efficace pour redémarrer la relation sur de bonnes voies, ce qui de plus ne nécessite seulement de l'effort initial que de l'un des deux partenaires pour jouer l'élément moteur pour avancer dans le bon sens. En règle générale, même si ce n'est pas systématique, ce sont plutôt les femmes qui demandent de l'aide là où les hommes préfèrent seulement quelques conseils, pour commencer…

Le rituel de retour affectif, que j'ai évoqué assez souvent dans mes articles, reste celui qui réussit ce tour de force d'inverser une tendance négative pour la transformer en un avantage positive et durable pour le couple. Bien entendu au tout début il faut vaincre une certaine inertie lourde comme le plomb et dont la nocivité s'exerce à tous les niveaux, il faut donc déjà alléger ce poids mental qui afflige le partenaire demandeur du rituel pour qu'il puisse s'en investir avec assez d'énergie pour avancer plus sereinement. Dans ce but la magie blanche permet avant tout de redonner cette énergie vitale nécessaire ainsi qu'une indispensable purification personnelle afin d'aborder ensuite les travaux pour le couple. On en peut en effet rien entreprendre si l'on ne commence pas soi-même une démarche d'ajustement et d'harmonisation, ce n'est qu'ensuite que la volonté sera renforcée pour porter le rituel actif et en faire bénéficier au couple. Cette démarche est parfois difficile à faire comprendre car la personne demandeuse se trouve dans une urgence qu'elle a elle-même fabriquée, il faut donc enlever ce voile superficiel qui hôte la possibilité de voir plus clairement la situation, le philtre personnel de la réflexion et de l'analyse en étant perturbé.

Ce n'est qu'avec cet apport d'énergie et une complète restitution des capacités personnelles que l'on pourra ensuite passer à une étape plus active via le rituel de magie rouge, celui-ci agira directement sur le partenaire et par extension sur le couple pour lui redonner son plein équilibre dans un premier temps puis l'harmonie induite qui en découlera naturellement. Dans cette phase il est très important de bien comprendre que le facteur temps est crucial dans les choix des bons moments pour interagir et sur les durées à respecter pour une efficacité optimale, auquel cas rien ne pourra s'équilibrer et le risque de voir l'inverse (un déphasage) peut s'engager si l'on n'y prête pas garde. Ce n'est que par l'analyse du contexte immédiat dans le couple que l'on pourra lancer les opérations selon des tempos bien définis et accepté par la personne demandeuse du rituel puisque c'est elle qui de facto le portera de par sa volonté (le praticien n'est que l'outil exécutif du rituel avec son savoir-faire et son Don). C'est une étape complexe, aucun rituel de retour affectif pour le couple n'est identique, tout simplement puisqu'aucun couple ne se ressemble et que les contextes diffèrent aussi complètement de l'un à l'autre. Il est de mise de ne surtout rien lâcher durant cette étape dont la durée peut être extrêmement variable selon l'ensemble des paramètres évoqués, la volonté et la persévérance sont des impératifs pour la réussite de ce rituel basé avant tout sur l'affection qu'apportera le demandeur, de ce lien à reconstruire tout comme l'on rallume progressivement la flamme d'un feu qui allait s'éteindre.

Étant spécialiste du couple depuis de nombreuses années, j'ai pu comparer et tester la plupart des méthodes traditionnelles et celles un peu plus ésotériques pour avoir la certitude que certains rituels sont d'une grande efficacité si l'on sait en suivre pas à pas les étapes importantes avec la meilleure des volontés et surtout cette sensation que le couple est une entité bien plus forte qu'on ne le pense qui peut se régénérer face à l'adversité ou aux vicissitudes de l'existence. Si vous désirez en savoir plus sur mon travail merci de me contacter de vive voix pour en discuter au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien par écrit si cela vous semple plus pratique pour m'expliquer votre problématique de couple dans le détail, pour ce faire merci d'ouvrir mon formulaire de contact en cliquant sur ma bannière web ci-dessous. À très bientôt et ne doutez pas de la force de l'amour, il est comme le Phénix renaissant de ses cendres pour briller de ses mille feux!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire
25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 17:03

Le concept de "flammes jumelles" est assez déroutant pour celui ou celle qui l'aborde, il ne faut déjà pas le confondre avec celui des "âmes sœurs" qui s'y apparente d'assez près sans pour autant en définir des caractéristiques strictement identiques, au contraire puisque nous allons voir que l'attirance réciproque et les réactions induites sont très différentes dans un cas ou dans l'autre et que tout ceci se déroule sur des plans ou niveaux totalement autres. Il est d'ailleurs difficile d'expliquer ce que ressentent deux personnes qui sont des "flammes jumelles" si l'on a pas soi-même vécu ce type de rapprochement alors que pour les "âmes sœurs" il est plus aisé d'en avoir le ressenti exact, lequel reste basé sur des sentiments et affects plus abordables et compréhensibles. En effet, les "flammes jumelles" sont d'une typologie purement karmique au départ et unies par une même force intérieure avec pourtant, nous le verrons bien, un antagonisme initial assez complexe à gérer. Je rappelle pour ceux qui voudraient relire mes deux anciens articles spécifiquement sur le thème des "âmes sœurs" qu'ils sont ici et (pour trouver le "partenaire idéal", s'il existe dans les parages…). Enfin, je dédie cet article à Véronique qui se reconnaîtra!

Tout d'abord il convient de définir plus précisément ce que sont ces "flammes jumelles" et sur ce point il faut admettre comme vérité (ou comme hypothèse, selon) que chacun d'entre nous a déjà vécu de nombreuses vies antérieures (métempsycose) et que dans cet entre-deux nous puissions avoir un jumeau éthérique ou spirituel. De ce fait les "flammes jumelles" seraient la dénomination de cette particularité, c'est-à-dire de cette gémellité purement spirituelle, avec comme conséquence immédiate leur séparation lors de la réincarnation dans deux corps différents (pas forcément jumeaux dans notre vie…). C'est donc une expérience presque sacrée axée sur une recherche ou une sorte de quête, souvent sensible et caractérisée par un grand manque intérieur comme si une moitié de l'âme était ailleurs, et que la recherche de cet autre que soi s'effectue avec cette perception aiguë qu'il y a quelque part une personne incommensurablement proche spirituellement qu'il convient de retrouver. Ce phénomène s'apparente à la recherche d'une énergie commune, une vibration reconnaissable entre toutes qui telle une pièce de puzzle serait la seule à dessiner un destin complet.

Comme nous le voyons, il y a une différence flagrante avec les "âmes sœurs" qui se sentent infiniment compatibles dans notre monde (en terme d'attirance, notamment principalement physique et intellectuelle) pour vivre en couple mais pas forcément à un niveau purement spirituel ou à un niveau strictement karmique. Il en résulte bien évidemment de nombreuses problématiques spécifiques aux "flammes jumelles" puisque leur attirance étant innée et d'origine éthérée cela va entraîner un énorme déphasage dans la vraie vie ici bas. D'autant plus que généralement le principe de ces flammes est orienté selon deux polarités complémentaires mais opposées, ce qui va effectivement les attirer comme de puissants aimants mais aussi les dépasser complètement au risque de les voir graviter comme deux planètes sur des trajectoires différentes qui se rapprochent pour mieux s'éloigner et recommencer sans cesse une sorte de danse acrobatique qui ne ressemble en rien à un slow (si j'ose la comparaison). La grande difficulté réside aussi et surtout dans le fait qu'en règle générale l'une des deux flammes a reconnu sa jumelle mais que l'autre n'en a pas encore conscience…

Cet aspect de la reconnaissance est primordial puisque l'approche sera d'autant plus difficile que lorsque l'on est confronté à sa flamme jumelle on en est immédiatement averti(e) par un sentiment de déjà vu et de compréhension immédiate mais que la personne en face peut ne pas en être du tout convaincue, avec tout de même ce sentiment profond que quelque chose est indéniablement extraordinaire et hors du commun (sans se l'expliquer). On a ici deux profils en opposition de phase mais sur une stricte même fréquence: l'éveillé (ou le chasseur) et le coureur (à éveiller). Ces deux polarités sont aussi victimes de leur propre Ego terrestre qui va s'opposer à cette gémellité spirituelle qui reste pour l'un des deux en sommeil et pour l'autre en exacerbation ouverte et évidente, ce qui va entraîner un choc des deux côtés pour accepter une situation particulière, supranaturelle et paradoxale. Ce phénomène n'est pas si rare et nous avons tous vécu des instants où immédiatement et sans prévenir une impression de déjà vu et connu se fixait sur une personne sans en comprendre la raison, car ici la raison et le la logique ne sont pas utiles à ce niveau de perception supérieure. Par la suite, plusieurs possibilités viennent à nous: accepter, refuser, attendre ou différer…

Les étapes de la rencontre de deux flammes jumelles sont assez souvent calquées sur le même schéma pour tous mais avec des finalités différentes selon les orientations de chacun dans leur vie à ce moment précis. Ainsi, comme je l'ai déjà signalé, lors d'une toute première rencontre seule l'une des deux en est immédiatement avertie par une sorte d'ultime  évidence que la personne à qui elle fait face est quelqu'un d'unique et d'extraordinaire à un point tel que c'est une véritable révélation qui vient tomber comme une avalanche de sensations et d'émotions provenant d'un ailleurs (hors espace, atemporel et absolu) emplissant soudain l'esprit, la conscience et l'âme d'une grande clarté quant à une certitude qu'à cet instant son entière destinée est irrémédiablement en jeu. Il est évident qu'une telle sensation déroute complètement celui ou celle qui la vit et qu'un déluge de questionnements presque métaphysiques et philosophiques, pour ne pas dire mystiques se matérialise instantanément. Mais le pire reste l'apparente apathie ou amnésie de ce double qui n'en a que cure et qui bien souvent préfère prendre la fuite (au moins momentanément pour tenter de décrypter la situation…). Notons que ce type de rencontre fonctionne selon une synchronisation assez troublante d'évènements successifs (certains diront "synchronicité", qui n'est absolument pas le bon terme selon moi, lequel est propre aux archétypes de C.G Jung). Toujours est-il que dans une telle situation aussi caractéristique, l'on sait que l'on est donc confronté(e) à sa flamme jumelle.

Bien entendu, lorsque cela arrive l'on "ne lâche pas le morceau" et on tente d'aller plus loin dans une relation plus complète, mais à ce stade et aussi rapidement il est dangereux d'accentuer ou de "surjouer" au risque de faire peur, à celui ou à celle, ne l'oublions pas, qui n'en a encore nullement conscience… Alors que faire? Ici arrive forcément une phase d'attente ou d'interrogation où des deux côtés l'Ego reprend le dessus en ajustant les paramètres d'une relation "logique" avec le contexte du moment, en d'autres mots chacun va (consciemment et/ou inconsciemment) évaluer ce premier contact et commencer à se projeter sur la suite des évènements. L'on peut avoir alors la fuite et donc l'abandon, ou bien une deuxième rencontre plus aboutie avec un rapprochement progressif et une sorte de mise en phase ou mise en forme de la rencontre et de ses conséquences. Il existe aussi des cas où une durée d'adaptation (plus ou moins longue) est nécessaire avec une pause dans le temps pour ensuite, après "maturation", commencer une période relationnelle plus active allant en règle générale vers une harmonie grandissante et une reconnaissance réciproque complète. Il y a ici tout de même un jeu entre ce chasseur et ce coureur dont j'ai fait mention, et dont on ne peut jamais envisager à l'avance les réactions et la finalité.

Comme d'habitude je reste à votre disposition pour discuter plus en avant de ce thème parfois clivant et déroutant, d'autant plus si vous pensez avoir rencontré ce type de situation. Dans ce cas je peux vous accompagner pour en dénouer la complexité tout en vous aidant avec les rituels (de magie blanche ou rouge) appropriés afin de mieux contenir la situation dans le sens d'une plus grande compréhension et d'un dénouement positif et constructif. Pour ce faire n'hésitez pas à me contacter tout simplement par téléphone au 06.34.48.95.33 (numéro direct non surtaxé) ou bien par écrit si vous préférez m'expliquer précisément votre histoire dans le détail, merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact. Je vous dis à très bientôt et ne cherchez pas délibérément votre flamme jumelle, elle saura bien s'annoncer au moment propice ou au contraire, à votre plus grande surprise!

France-Emmanuelle

Partager cet article

Repost0
Published by amour-magie-noire

Contactez moi:

 

 

 

 

 

 

Tél.: 06.34.48.95.33

numéro non surtaxé

ou bien > cliquez ici

 

Recherche